OEUVRES EXPOSITIONS BIOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE
G eorges   Schneider,   sculpteur   et   dessinateur d’origine    suisse    né    en    1919    dans    le    Jura bernois, s’installe à Paris dès 1946. En   1992,   un   accident   vasculaire   cérébral   le rend   presqu’aveugle   et   interrompt   brutalement sa production. Il décède à Nogent sur Marne en mai 2010. Ce   site   entend   faire   connaître   et   célébrer   une œuvre   présente   autant   dans   des   contextes   et collections    publics    à    Rouen,    au    Jardin    des plantes,   Cathédrale   de   Fribourg,   la   chapelle Mansart,   église   de   Saint-Séverin,      Cathédrale de    Senlis,    église    catholique    Saint-Imier    à Délémont       que       dans       de       nombreuses collections privées.
Nous   proposons   ici   l’amorce   d’un   catalogue   raisonné   qui   réunira   à   long   terme   des œuvres   de   collections   publiques   et   privées   et   un   fonds   d’atelier.   Ce   répertoire   vise   à dérouler un panorama de son travail d’artiste depuis les années  soixante jusqu’en 1992. Cette   diversité   apparaît   tout   d’abord   dans   la   multiplicité   des   techniques   utilisées   (terre cuite,   moulage,   bronze,   encre   de   Chine,      mine   de   plomb,   fusain),   et   dans   celles   des formats   (allant      des   petites   sculptures   animalières   aux      formes   monumentales      d’autels     de cathédrales). Elle   apparaît   également   dans   les   thèmes   récurrents   choisis,      même   si   ceux-ci      sont   cent fois   repris,   approfondis   comme   si      l’artiste   n’avait   jamais   épuisé   le   sujet    :   l’animal (chevaux,   vaches,   chats…)   scruté,   analysé   au   plus   près   dans   sa   morphologie,   mais aussi    saisi    dans    sa    surprenante    spiritualité),    la    ville    et    ses    amples    structures,    les hommes  dans des foules en mouvement, l’exode, la migration et l’envol des oiseaux… Georges   Schneider,      sculpteur   animalier ?   Artiste   humaniste   et   spiritualiste ?   Créateur religieux   et   symboliste ?   Toutes   ces   distinctions   ne   semblent      pas   pertinentes   chez   cet artiste   singulier,   pour   qui   la   contemplation   naît   du   quotidien      le   plus   concret   et   le   plus simple,   et   le   sacré   de   la   force   même   de   la   vie   des   êtres   et   des   formes   universelles. Georges   Schneider      en   1981   nous   dit   qu’ « il   ne   doit   y   avoir   aucun   hiatus   entre   l’art   dit profane   et   l’art   dit   sacré,   autrement   dit   la   création   doit   être   une,   ou   du   moins   tendre   vers l’unité » . C’est   donc   à   cette   quête   de   l’unité   à   la   fois   cachée   et      révélée   par   l’artiste   que   ce catalogue   nous   convie   à   travers   la   diversité   des   thèmes   obstinés,   des      formes   et   des techniques.
eorges     chneider G S sculpteur
eorges     chneider G S sculpteur
G eorges      Schneider,      sculpteur      et      dessinateur d’origine    suisse    né    en    1919    dans    le    Jura    bernois, s’installe à Paris dès 1946. En    1992,    un    accident    vasculaire    cérébral    le    rend presqu’aveugle       et       interrompt       brutalement       sa production. Il décède à Nogent sur Marne en mai 2010. Ce   site   entend   faire   connaître   et   célébrer   une   œuvre présente    autant    dans    des    contextes    et    collections publics   à   Rouen,   au   Jardin   des   plantes,   Cathédrale   de Fribourg,   la   chapelle   Mansart,   église   de   Saint-Séverin,     Cathédrale   de   Senlis,   église   catholique   Saint-Imier   à Délémont     que     dans     de     nombreuses     collections privées. Nous   proposons   ici   l’amorce   d’un   catalogue   raisonné qui   réunira   à   long   terme   des   œuvres   de   collections publiques     et     privées     et     un     fonds     d’atelier.     Ce répertoire   vise   à   dérouler   un   panorama   de   son   travail d’artiste depuis les années  soixante jusqu’en 1992. Cette     diversité     apparaît     tout     d’abord     dans     la multiplicité     des     techniques     utilisées     (terre     cuite, moulage,   bronze,   encre   de   Chine,      mine   de   plomb, fusain),   et   dans   celles   des   formats   (allant      des   petites sculptures    animalières    aux        formes    monumentales      d’autels  de cathédrales). Elle   apparaît   également   dans   les   thèmes   récurrents choisis,        même    si    ceux-ci        sont    cent    fois    repris, approfondis   comme   si      l’artiste   n’avait   jamais   épuisé le   sujet    :   l’animal   (chevaux,   vaches,   chats…)   scruté, analysé   au   plus   près   dans   sa   morphologie,   mais   aussi saisi   dans   sa   surprenante   spiritualité),   la   ville   et   ses amples   structures,   les   hommes      dans   des   foules   en mouvement,    l’exode,    la    migration    et    l’envol    des oiseaux… Georges    Schneider,        sculpteur    animalier ?    Artiste humaniste     et     spiritualiste ?     Créateur     religieux     et symboliste ?   Toutes   ces   distinctions   ne   semblent      pas pertinentes    chez    cet    artiste    singulier,    pour    qui    la contemplation   naît   du   quotidien      le   plus   concret   et   le plus   simple,   et   le   sacré   de   la   force   même   de   la   vie   des êtres   et   des   formes   universelles.   Georges   Schneider     en   1981   nous   dit   qu’ « il   ne   doit   y   avoir   aucun   hiatus entre   l’art   dit   profane   et   l’art   dit   sacré,   autrement   dit   la création    doit    être    une,    ou    du    moins    tendre    vers l’unité » . C’est   donc   à   cette   quête   de   l’unité   à   la   fois   cachée   et     révélée   par   l’artiste   que   ce   catalogue   nous   convie   à travers   la   diversité   des   thèmes   obstinés,   des      formes et des techniques.
OEUVRES EXPOSITIONS BIOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE